Picnic by Obou 2023

Au cœur d'un monde agité et frénétique, Obou nous convie à une pause, à plonger dans son univers de rencontres et de jeux de couleurs. Mais que représente réellement un pique-nique ? Bien plus qu'un simple repas en plein air, il incarne un moment de décélération, de sérénité et de plaisir. Le pique-nique offre une précieuse évasion du quotidien, une connexion apaisante avec la nature. Il devient le lieu de rassemblement par excellence, où nous retrouvons nos proches pour rire, échanger et célébrer la vie ensemble. 
Cette signification profonde du pique-nique trouve un écho vibrant dans l'art d'Obou. Ses œuvres se dévoilent comme un patchwork multicolore qui se déploie devant nous, nous entraînant dans un univers chatoyant rempli de rencontres fascinantes. Chaque coup de pinceau raconte une histoire, chaque tableau réveille des émotions. Explorez les couleurs vives et plongez dans les subtilités des détails. Préparez-vous à embarquer pour un voyage dans ses œuvres où hommes et femmes masqués vous transporteront à travers des lieux et des époques différentes.

Le Bleu d'Obou 2022


Dans la culture Dan, le bleu a son importance - le bleu sur un masque Dan symbolise la royauté. Le masque Dan est emblématique de la tradition du peuple Yacouba, dont Obou est originaire. Il en fait sa marque de fabrique et l’intègre dans toutes ses œuvres. La couleur bleue apparaît aussi dans le boubou traditionnel Dan qui est un symbole sacré chez les Yacouba.

Dans « Le Bleu d’Obou », l’artiste rend hommage à ses ancêtres qui utilisaient au quotidien cette teinture bleue. Il affirme son identité culturelle et son attachement pour sa terre natale. L’artiste va avec enthousiasme jusqu’à Adjamé, le plus grand marché à ciel ouvert au centre-ville d’Abidjan, pour trouver son médium bleu qui permet cette connexion créative et devient le sujet de sa conversation artistique à Hoop Galerie.

Man Dan 2022

“Man Dan” apparaît à la fois comme un approfondissement, un aboutissement dans le travail d’Obou, et comme le terrain d’expérimentation d’une pensée en effervescence vers de nouveaux modes de représentation. Le terme “Man” fait référence aussi bien à “l’homme” en Allemand qu’au nom de la ville dont Obou est originaire. Man réunit les deux identités de l’artiste : à la fois plasticien installé en Allemagne et porte-parole de sa culture Dan. “Man Dan”, c’est Obou et ses multiples facettes : un retour aux sources, une réflexion critique sur les sociétés Ivoirienne et Européenne, et un regard neuf sur l’avenir de la création artistique.
 
Entre la Côte d’Ivoire et l’Allemagne, Obou Gbais nous invite à découvrir deux mondes et son art crée une passerelle entre ces deux univers. Frappé par l’architecture à la fois rectiligne et imposante de Friedenau (Berlin), si loin des courbes et de l’animation du quartier de Locodjro (Abidjan), Obou met l’accent sur les différences structurelles qui révèlent une histoire et des mentalités distinctes.
 
Au milieu de ses paysages apparait toujours le masque Dan, hommage à sa terre natale et aux traditions ancestrales. En réintégrant ainsi le masque dans la sphère contemporaine, Obou lui redonne un sens au cœur de la société Ivoirienne et lui confère une aura positive et festive.
 
La double appartenance du “Man Dan” ouvre également une réflexion sociale et culturelle. Confronté aux musées européens, Obou y découvre un terreau fertile d’inspiration reflétant son mélange de cultures, perceptible à travers ses interprétations des chefs-d’œuvre de grands maîtres, parmi lesquels Klimt et Delacroix. Découvrir les masques Africains dans les musées Européens ouvre également de nouvelles perspectives dans la réflexion d’Obou. L’artiste se penche ainsi sur le rôle fondamental de ces masques dans la construction d’une communauté et l’importance de leur appropriation par les sociétés Africaines. 
 
Enfin, touché par la conscience écologique de la population Allemande, Obou se veut le porte-parole de cette dynamique sur le sol Ivoirien. A travers ses masques de plastique recyclé, l’artiste modernise une pratique ancestrale à partir de matériaux de récupération et y intègre les problématiques environnementales actuelles.
 
“Man Dan” agit donc à la manière d’un narrateur discret, naviguant à travers les époques et les continents, témoin actif de deux réalités qui s’influencent et se confrontent dans un même temps. ″Man Dan″ est l’incarnation d’Obou auteur, partageant l’histoire de cet enfant du pays qui, tout en faisant découvrir Berlin aux Ivoiriens, jette une nouvelle lumière sur leur propre réalité.